Améliorer ma Santé

les OGM pourraient stériliser la capacité de reproduction en 4 générations !

 Voici une étude de plus montrant où nous conduisent les organismes génétiquement modifiés (OGM) !

Depuis plusieurs années le scandale a été révélé :

 

1.      Il y a eu l’étude de pousztai en 1990sur les maladies produites rapidement par les pommes de terre OGM. Pouztai a été démis de ses fonctions, cela a été un scandale international dans les milieux scientifiques et pour l’humanité…( voir le film « le monde selon monsanto » vous verrez comment les politiques obéissent servilement à l’industrie)

2.      Il y a eu l’étude de Séralini et al. en 2012  qui montrait la toxicité à long terme d’un herbicide Roundup et d’un maïs tolérant au Roundup génétiquement modifiés. Les pouvoirs financiers scientifiques et politiques ont tout fait pour discréditer cette étude.

3.      Il y a la révélation le 13 mai 2106 par le journal “le Monde” de la présence du Round-up en question dans…L’urine de 48 parlementaires européens : Sur les 48 parlementaires s’étant pliés à l’exercice – de treize nationalités et de toutes les couleurs politiques – tous présentaient une teneur détectable de glyphosate (élément chimique du Round-up) dans leur urine, cela a des taux souvent élevés, la moyenne étant de 1,7 microgramme par litre (µg/l), soit dix-sept fois le seuil légal toléré dans l’eau potable. Les taux de contamination les plus élevés sont plus de trente-cinq fois supérieurs à ce seuil. Il va sans dire que ce qui est dans les urines est dans le sang…

Croyez-vous que le parlement européen ait suspendu l’autorisation du  round up ? PAS DU TOUT !

4.      Voici une étude Russe qui montre que les OGM pourraient stériliser la capacité de reproduction en 4 générations !….

 

Avant de donner le contenu de cette étude Russe, j’informe les Canadiens qu’ils consomment sans protestations des OGM par : le maïs, le soya, le canola et leurs produits dérivés :

–          Ceux du maïs (huile, farine, édulcorant, fructose à base de maïs.

–          Ceux du soja (huile, lécithine de soja, protéines de soja, lait de soja )

–          L’huile de canola

Une proportion importante des produist fabriqués par  Kroft, Kellog’s, general Mills, Campbel, mais aussi le sproduits maison de  IGA’ metro, Loblaws contiennent des OGM.

(informations données par vigilanceogm.org) 

Voici l’article de Michel DOGNA du 22 avril 2016 « OGM et Stérilisation »

Une étude russe montre que les OGM pourraient stériliser l’humanité au bout de 3 générations

On soupçonnait déjà que la perte de la fertilité était au nombre des graves dégâts occasionnés, or une étude récente va dans ce sens. Une étude qui, si elle n’est pas étouffée, pourrait avoir un grand impact sur les décisions à prendre à l’avenir !

Le dossier des OGM alimentaires – dont de très nombreuses pages restent encore floues à ce jour – va donc s’alourdir alors d’une nouvelle pièce en provenance de Russie qui est sur le point d’y être ajoutée. C’est une étude, dont les résultats frappants ont été présentés à la presse Russe dans le cadre des Journées de Défense contre les Risques Environnementaux. Elle est même évoquée par Jeffrey Smith, fondateur de « l’Institute for Responsible Technology » aux États-Unis et « référence » dans le monde des OGM avec son ouvrage Seeds of Deception (littéralement «les semences de la tromperie») publié en 2003.

Protocole de l’expérimentation

L’étude russe menée conjointement par « l’Association Nationale pour la Sécurité Génétique » et « l’Institut de l’Écologie et de l’Évolution » a duré deux ans, avec des hamsters de race Campbell, qui se caractérisent par un taux de reproduction très élevé. Ainsi, le Dr Alexey Surov et son équipe ont nourri pendant deux ans et d’une manière classique les petits mammifères, à l’exception près que certains d’entre eux ont été plus ou moins nourris avec du soja OGM  résistant à un herbicide et régulièrement importé en Europe.

Au départ, 4 groupes de 5 paires (mâles / femelles) ont été constitués :

  1. le premier a été nourri avec des aliments qui ne contenaient pas de soja,
  2. le second a, quant à lui, suivi un régime alimentaire qui comportait du soja conventionnel (non OGM),
  3. le troisième a été alimenté avec en complément du soja OGM,
  4. le quatrième groupe a eu des plateaux repas dans lesquels la part de soja transgénique était plus élevée que dans ceux du troisième.
À la fin de cette première phase, l’ensemble des quatre groupes a eu en tout 140 petits. L’étude s’est poursuivie dans une deuxième phase par la sélection de nouvelles paires issues de chacun de ces premiers groupes. Et, dans la logique du déroulement, les nouvelles paires de la deuxième génération ont, elles aussi, eux des petits, créant de fait la troisième et dernière génération de cobayes. C’est ainsi que :

– dans le premier groupe (qui n’a pas consommé du tout de soja) il y a eu au final 52 naissances à la troisième génération,

– dans le second groupe (qui a consommé du soja conventionnel) il y a eu 78 naissances.

– dans le troisième groupe, (celui qui a été nourri avec du soja OGM), il n’a eu que 40 petits, dont 25% sont morts.

– dans le groupe qui a consommé le plus de soja OGM, une seule femelle a réussi à donner naissance à 16 petits au total, dont 20% sont finalement morts.

Le résultat est clair :

La troisième génération des hamsters qui ont eu dans leur menu une part importante de soja OGM, n’était pratiquement plus capable de se reproduire.

Nota : une autre surprise de taille a été observée :

Certains de ces hamsters issus de la troisième génération se sont retrouvés avec des poils dans la bouche, un phénomène d’une extrême rareté.

Selon Jeffrey Smith, l’étude du Dr Surov et de son équipe pourrait bien «déraciner» une industrie mondiale très florissante.
L’affaire est donc à suivre, mais, quoi qu’il en soit, depuis l’introduction en 1996 dans l’environnement et dans la chaîne alimentaire de produits agricoles transgéniques, les risques qui y sont liés restent encore très largement inconnus car (volontairement) très peu observés, cela faute d’études suffisamment longues et indépendantes, mais aussi à cause du refus des semenciers de publier leurs propres études (sauf sous la contrainte juridique) bien sûr pour des raisons de stratégies industrielles et commerciales.

Question « carton rouge » :

Et si les promoteurs des OGM étaient déjà depuis longtemps secrètement au fait des résultats de l’étude russe, ce qui est très probable, ne s’agirait-il pas là d’une botte secrète ayant pour but une dépopulation-retard massive face à la croissance démographique galopante actuelle (80 millions d’humains en plus chaque année, soit en gros un milliard tous les 10 ans, cela en dépit des maladies, des accidents et des guerres), n’épargnant en fait que les dissidents méfiants qui arrivent à échapper à la moulinette.

La solution logique conséquente serait que les gens ne s’autorisent les aliments OGM qu’à partir du moment où ils ne sont plus en âge de procréer – bien sûr à condition que la transparence de l’étiquetage des produits alimentaires industriels soit respectée…

Déjà, les milieux médicaux affichent discrètement une augmentation inquiétante d’avortements non désirés et de bébés mort-nés, relevée dans les maternités. Mais le pire à craindre est le développement des dérives génétiques donnant lieu à des malformations dramatiques et des dégénérescences neurologiques – une calamité prenant la forme d’une punition générale de la part des lois de la vie face aux graves infractions faites à la nature.

La preuve est faite que de l’ADN des cutures OGM passe dans le génome humain

La revue « Public Library of Science », a publié une nouvelle étude dans laquelle les chercheurs soulignent qu’il existe maintenant des preuves suffisantes selon lesquelles des repas ayant des fragments d’ADN génétiquement modifiés portent des gènes qui peuvent entrer dans le système humain, confirmant ce que beaucoup de gens ont soupçonné depuis des années. « Public Library of Science » est une revue scientifique à libre accès, très respectée, qui couvre la science et la médecine. Pour établir cela, 4 études indépendantes ont été effectuées sur plus de 1000 échantillons humains

Depuis 22 ans que la vente commerciale d’aliments génétiquement modifiés a été lancée, on s’est peu inquiété des effets à long terme sur les animaux d’élevage et encore moins sur les humains en bout de chaîne alimentaire. Le généticien David Suzuki a récemment exprimé son inquiétude, en disant que les êtres humains font partie d’une « expérience génétique massive » pour de nombreuses années. Avant, on pensait que les gènes pouvaient être échangés uniquement entre les individus d’une même espèce, par la reproduction. Aujourd’hui, les scientifiques reconnaissent que les gènes peuvent être transmis aussi entre différentes espèces.

Notre système sanguin est un environnement bien séparé du monde extérieur et du tube digestif. Normalement, des macromolécules consommées dans la nourriture sont bloquées par la paroi intestinale et ne peuvent pas passer dans le système circulatoire. Au cours de la digestion, les protéines et leur ADN sont censés être dégradés en petits constituants appelés acides aminés et acides nucléiques, puis sont ensuite absorbées par un processus actif complexe et distribués à différentes parties du corps par le système circulatoire. Or, dans des échantillons sanguins étudiés, on a trouvé des concentrations d’ADN végétal supérieures à celles d’ADN humain.
Normalement, on ne peut imaginer un être humain échangeant des gènes avec une pomme, une banane ou une carotte. Ce que les sociétés en biotechnologie comme Monsanto ont fait, c’est qu’elles ont forcé ce transfert de gènes de l’un à l’autre sans aucun égard concernant les limites ou les contraintes biologiques.
Il s’agit donc en fait d’une science à la Frankenstein.

Il y a aussi des études qui démontrent que quand les humains ou les animaux digèrent les aliments génétiquement modifiés, les gènes artificiellement créés transfèrent et modifient la nature des bactéries bénéfiques dans l’intestin.
Les chercheurs rapportent que les microbes trouvés dans l’intestin grêle de personnes ayant certains désordres intestinaux, peuvent abriter des séquences d’ADN provenant de plantes génétiquement modifiées.
Or chez des animaux soumis à une alimentation OGM, des études avaient déjà établi un lien probable avec des inflammations graves de leur estomac et à des utérus élargis chez les porcs.

En clair, le problème est que l’ADN de la nourriture OGM des animaux d’élevage peut aboutir non seulement dans leurs tissus, mais surtout leur lait qui génère de multiples gammes alimentaires à base de produits laitiers dans la grande consommation industrielle…

OGM = Organisation du Génocide Mondial

Moralité : consommez BIO !

Michel Dogna

 

Pierre Marie